top of page
  • Foto del escritorHugo Marroquin

Le Mystère d'Amsterdam : La Légende de Jacques Brel

Amsterdam a sa place dans l'histoire comme l'une des chansons les plus connues et emblématiques de Jacques Brel. Il l'a écrite en 1964 après sa première visite dans la ville à l'âge d'environ 35 ans. Vous découvrirez ce que cette chanson cache et qui a laissé une empreinte indélébile dans l'histoire de la musique mondial et bien sûr comme une des grandes fiertés belges.


D'après sa visite, on dit que Jacques Brel a été profondément impressionné par l'atmosphère de la ville ainsi que sa la vie nocture, aux heures de fêtes et chagrins.


La chanson capture la vie quotidinne des marins d'Amsterdam à travers le regard aiguisé et lucide d'un spectateur/narrateur qui raconte la scène visible : les quais, les bars, la fête, la musique, l'euphorie, le sexe, la danse et les prostituées.


La chanson utilise des figures poétiques pour nous évoquer des scènes sombres, nauséabondes, sordides, décadentes et profondément mélancoliques.


L'arc dramatique de la chanson commence par un regard presque condescendant que parle d l'image de ses bateaux, du vent et de l'océan. Et petit à petit, elle nous plonge dans des nuits d'excès pour finir à l'aube où les marins parviennent à se sauver, à [se] survivre.


Mais pas pour le narrateur, qui dans un retournement inattendu nous avoue, sans doute, qu'une femme lui a été infidèle, lui a cassé le cœur, et c'est depuis cet état d'esprit (d'esprit cassé par la tristesse) qu'il a tout regardé et nous a raconté. Nous ne sommes pas sûrs qu'il ait réussi à se sauver à l'aube.


Car l'Amsterdam de Jacques Brel décrit pas seulement la rudesse et le côté macho man de ses marins, mais aussi leur chagrins et leur espoir, ce qu'ils ne dissent pas mais et présent au long des paroles. Et voilà dont qu'on a une chanson profondément humaine, réel, actuelle.


"[Jacques Brel] Ne faisait jamais d'encore et jamais de bis, sauf une fois, lors de la tournée en Russie en 1965 : je ne sais pas ce qui lui est arrivé, il a repris 'Amsterdam'." Jean Corti

Il y a des gens qui disent que les chansons de Brel —dû à la force d'interprétation qu'elles exigent— conviennent davantage aux acteurs qu'aux chanteurs, et non l'inverse. Ben, notre Brel il est exceptionnel et a la voix et la force. Il n'y a d'autre personne comme lui. Lui c'est la perfection de ses chansons.


La vidéo ci-dessous est un exemple de la puissante interprétation de Jacques Brel. Cela s'est passé au mythique Olympia à Paris. C'est la seule fois où le chanteur belge l'a enregistrée et a même fait lever les deux mille personnes présentes dans la salle, ainsi que probablement le million de gens qui regardaient en direct par Europe 1 à la télévision depuis chez eux.


Oui, aussi incroyable que cela puisse paraître, l'homme qui donnait plus de 200 concerts par an n'a enregistré cette chanson qu'une seule fois. On dit que ce n'était pas l'une de ses préférées car les aspects techniques et musicaux ne lui plaisaient pas tout à fait. L'un de ses directeurs, Jean Corti, a dit : Il ne faisait jamais d'encore et jamais de bis, sauf une fois, lors de la tournée en Russie en 1965 : je ne sais pas ce qui lui est arrivé, il a repris 'Amsterdam'.


Et peut-être que c'est cela, tout melangé, qui a fait de cette chanson un mythe, un culte, une icône.




10 visualizaciones0 comentarios

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
Post: Blog2_Post
bottom of page